Thèse "Ethnographier la précarité énergétique : au-delà de l’action publique, des mises à l’épreuve de l’habiter"

Johanna Lees, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales - EHESS, 2014, 570 pp.

Jeudi 29 septembre 2016, par RAPPEL1 // Précarité énergétique

A l’intersection des secteurs du logement, du social et de l’environnement, la « précarité énergétique » est un problème public inscrit depuis quelques années à l’agenda politique en France. Au début de ce travail, si le terme de « précarité énergétique » avait essaimé dans divers champs - action publique, recherche-action, monde associatif- les situations réelles auxquelles cette notion réfère demeuraient largement méconnues. L’objectif de cette thèse a dès lors été de requalifier la notion de précarité énergétique à partir des expériences des personnes concernées et, partant, d’analyser les ressorts de l’action publique dans le domaine.
La thèse est organisée en trois parties.
Une première est une analyse de l’émergence du problème public dans le contexte contemporain, en France et en Grande Bretagne, fondée principalement sur une étude de la littérature et des entretiens d’acteurs locaux.
Une seconde partie s’appuie sur l’enquête ethnographique et vise à comprendre ce que signifie « habiter » en situation de précarité énergétique et, plus encore, « être habité » par la précarité énergétique, du point de vue des familles concernées.
Enfin, une troisième partie, toujours basée sur le travail ethnographique, aborde les relations des enquêtés avec les fournisseurs d’énergie, les syndicats de copropriétés, les propriétaires bailleurs mais aussi avec l’État, en tant que bénéficiaires des dispositifs d’action publique en matière de lutte contre la précarité énergétique. Elle vise ainsi à établir une anthropologie des rapports entretenus par les milieux de la grande pauvreté à l’État, rapports qui seront décrits et analysés « par le bas ».

Lire la thèse :

PDF - 3.3 Mo
Ethnographier la précarité énergétique : au-delà de l’action publique, des mises à l’épreuve de l’habiter
Thèse Johanna Lees, 2014

Version imprimable